Choisir un poêle à bûches ou à granulés

mardi 7 novembre 2023 | Le chauffage au bois

Sommaire
2
3

Les poêles à bûches

Photo de une : Francois Chevalier pour STUV P20 Hero 60

Choisir un poêle à bois, c’est bien sou­vent choi­sir un meuble, mais c’est avant tout choi­sir un mode de chauf­fage. Appareil de chauf­fage au bois le plus ven­du, le poêle à bûches est aus­si l’appareil pré­sen­tant l’offre la plus variée. Voici les bons conseils pour gagner du temps !

Poêle à bois ROMY de Turbo Fonte, double puissance 4 kW et 7 kW
Poêle à bois ROMY de Turbo Fonte, double puis­sance 4 kW et 7 kW

« Les appa­reils à bûches sont conçus pour fonc­tion­ner à haut régime »

Pour quel usage ?

Qu’il soit à bûches ou à gra­nu­lés, le poêle chauffe essen­tiel­le­ment la pièce dans laquelle il est ins­tal­lé. C’est donc avant tout un mer­veilleux chauf­fage d’appoint, à moins d’habiter une mai­son per­for­mante (type pas­sive ou basse consom­ma­tion), auquel cas il sera suf­fi­sant : en effet, la mai­son doit être suf­fi­sam­ment com­pacte pour per­mettre une bonne répar­ti­tion de la cha­leur. Dernier cas, le poêle est le chauf­fage prin­ci­pal qui pro­cure la tem­pé­ra­ture de confort, mais une autre source d’énergie exis­tante (type fos­sile ou élec­trique) per­met de main­te­nir une tem­pé­ra­ture de base en per­ma­nence (15 °C par exemple).

Tout comme les inserts et foyers fer­més, un poêle reste un mode de chauf­fage exi­geant en matière d’alimentation. Si vous vous absen­tez et que votre mai­son ne dis­pose pas d’un autre mode de chauf­fage indé­pen­dant, la tem­pé­ra­ture va bais­ser très vite. Le main­te­nir comme mode de chauffe prin­ci­pal reste néan­moins envi­sa­geable dans une petite mai­son en bois à faible iner­tie ther­mique qui va se réchauf­fer très vite, ou encore dans une mai­son secon­daire que l’on fré­quente épi­so­di­que­ment.

Dimensionnement

Déterminer la puis­sance du poêle dépen­dra du cli­mat de la région, de l’isolation de la mai­son et de la taille de la pièce dans laquelle il va être ins­tal­lé. Les appa­reils à bûches sont conçus pour fonc­tion­ner à haut régime. Il vaut mieux donc pri­vi­lé­gier une petite puis­sance plu­tôt que de le faire tour­ner au ralen­ti : à petit régime, le poêle s’encrasse, son ren­de­ment baisse et il s’use plus vite. Attention au réflexe du « qui peut le plus, peut le moins » et du conseil com­mer­cial qui favo­ri­se­ra une plus grande puis­sance…

Depuis le 1er juillet 2007, il est deve­nu obli­ga­toire d’afficher la puis­sance nomi­nale calo­ri­fique de l’appareil et son ren­de­ment exact. Cette puis­sance reflète la quan­ti­té d’énergie émise par l’appareil pen­dant une heure de fonc­tion­ne­ment moyen, c’est-à-dire entre extinc­tion et pleine puis­sance. Malheureusement, de nom­breux construc­teurs se contentent d’annoncer une plage de puis­sances, voire uni­que­ment la puis­sance maxi­male.

Le rendement énergétique

Le ren­de­ment (rap­port entre quan­ti­té d’énergie res­ti­tuée et quan­ti­té d’énergie consom­mée) affi­ché par le construc­teur est cal­cu­lé en labo­ra­toire dans des condi­tions opti­males d’utilisation, avec un com­bus­tible idéal. Il faut donc s’attendre à un ren­de­ment réel en deçà, sur­tout pour les poêles à bûches.

Les poêles tra­di­tion­nels ne dis­po­sant que d’une arri­vée d’air pri­maire, leur ren­de­ment pla­fonne géné­ra­le­ment à 50 %. Une arri­vée d’air secon­daire à mi-hau­teur de la chambre de com­bus­tion, a per­mis aux poêles dits “Turbo” d’atteindre des ren­de­ments de 75 % en amé­lio­rant la com­bus­tion, ce ren­de­ment étant le mini­mum pour dis­po­ser du label Flamme Verte. La der­nière géné­ra­tion de poêles pré­voit une cir­cu­la­tion des fumées per­met­tant de récu­pé­rer leurs calo­ries avant de les éva­cuer. Dans ce cas, le ren­de­ment atteint 85 %. Le ren­de­ment fait par­tie des cri­tères à prendre en consi­dé­ra­tion dans vos com­pa­ra­tifs, il condi­tionne la quan­ti­té de com­bus­tible à pré­voir en consom­ma­tion.

Les critères esthétiques

L’esthétique per­met de faire un pre­mier tri dans les grandes familles des poêles. Contemporain, desi­gn, rus­tique, clas­sique, colo­ré ou non, faïen­cé ou non, avec chauffe-plats, double ou tri-faces…, il est assez aisé de clas­ser les types de poêles dans la caté­go­rie « j’aime » ou « j’aime pas » et de limi­ter ain­si le champ de ses inves­ti­ga­tions.

Convection ou rayonnement ?

La plu­part des petits poêles per­for­mants sont équi­pés d’une souf­fle­rie pour chauf­fer l’air par convec­tion (dits poêles secs). C’est un mode de chauf­fage rapide, mais pas tou­jours agréable : l’air est sec, il y a déga­ge­ment de pous­sière, etc. Cet incon­vé­nient peut être atté­nué par la pré­sence d’une réserve d’eau pla­cée sur le poêle. Sans pour autant s’équiper d’un poêle « à iner­tie », un poêle lourd, éven­tuel­le­ment réa­li­sé en stéa­tite, une roche qui a la capa­ci­té de conser­ver long­temps la cha­leur, per­met­tra d’augmenter l’émission de cha­leur par rayon­ne­ment.

L’installation

C’est le point fort du poêle ! Il est simple à ins­tal­ler et peut s’adapter dans la plu­part des mai­sons exis­tantes, sous réserve de pou­voir éva­cuer les fumées. Attention quand même d’en confier la pose à un pro­fes­sion­nel qua­li­fié (RGE Qualibois). Sachant que le poêle chauf­fe­ra en prio­ri­té la pièce où il sera ins­tal­lé, il sera de pré­fé­rence pla­cé dans une pièce de vie, et idéa­le­ment au centre de la mai­son. L’accès au stock de bûches doit être facile.

La solu­tion la plus simple, très uti­li­sée pour les poêles ita­liens, est le sys­tème à ven­touse : un même conduit amène l’air et l’extrait ; c’est un tube concen­trique à double coque (ex. Poujoulat), les fumées pas­sant au cœur, ce qui a pour effet de pré-chauf­fer l’air neuf. L’autre sys­tème pré­voit une arri­vée d’air indé­pen­dante, qui peut être ali­men­tée par un sous-sol ou un vide sani­taire, sous le poêle. En cas de mai­son per­for­mante, il est impé­ra­tif de choi­sir un sys­tème d’arrivée d’air exté­rieur étanche et une petite puis­sance pour évi­ter les sur­chauffes.

Les prix oscil­lent selon les modèles de 600 à 6000 €. 

Les poêles à granulés

Grâce à son réservoir de 40 kg, le H6 Horizon offre la plus grande autonomie des poêles Hoben. D’une puissance de 1,6 à 7,9 kW, il s’adapte à tous les logements. Son parement en pierre naturelle se décline en blanc calcaire, en serpentine grise ou noire et en pierre de sable. Voir n°95
Grâce à son réser­voir de 40 kg, le H6 Horizon offre la plus grande auto­no­mie des poêles Hoben. D’une puis­sance de 1,6 à 7,9 kW, il s’adapte à tous les loge­ments. Son pare­ment en pierre natu­relle se décline en blanc cal­caire, en ser­pen­tine grise ou noire et en pierre de sable. Voir n°95

Ils pro­posent une belle flamme, peuvent être pro­gram­més et per­mettent l’utilisation d’un com­bus­tible moderne, propre et éco­no­mique, ce sont les poêles à gra­nu­lés. Poêle d’appoint ou chauf­fage prin­ci­pal dans les mai­sons per­for­mantes, ils sont de plus en plus pré­sents sur le mar­ché.

« Sa concep­tion favo­rise un fonc­tion­ne­ment opti­mal au ralen­ti contrai­re­ment aux poêles bûches »

Comment ça marche

Contrairement au poêle à bûches, le poêle à gra­nu­lés dis­pose d’une ali­men­ta­tion auto­ma­tique (géné­ra­le­ment par une vis sans fin) à par­tir de sa tré­mie (conte­nant entre 15 et 50 kg de gra­nu­lés) qui lui donne une cer­taine auto­no­mie. Avantage, quand il atteint sa tem­pé­ra­ture de consigne, il s’éteint et se ral­lume seul si néces­saire.

Gérer le combustible

Les gra­nu­lés per­mettent de limi­ter la manu­ten­tion grâce à leur pou­voir calo­ri­fique plus éle­vé que celui des bûches. En revanche, le condi­tion­ne­ment en sac en aug­mente le prix. L’idéal est de pou­voir les faire livrer en palette, si l’on dis­pose d’un espace de sto­ckage suf­fi­sant et bien sec. Le vrac n’est pas une solu­tion adap­tée au poêle, car il est dif­fi­cile de négo­cier des prix pour des livrai­sons de faibles quan­ti­tés (de l’ordre de la tonne).

L’atout de la programmation

Le poêle à gra­nu­lés, pro­gram­mable sur une ou plu­sieurs plages horaires avec ther­mo­stat d’ambiance, apporte un confort appré­ciable. Selon la taille du poêle et le volume de sto­ckage pos­sible, l’autonomie peut varier de moins de 20 à plus de 60 heures. De plus en plus de poêles sont télé­com­man­dables à dis­tance par télé­phone ou SMS. Certains poêles peuvent être reliés à un silo, d’autres sont mixtes granulés/bûches, ce qui aug­mente leur flexi­bi­li­té d’utilisation.

La bonne puissance

Déterminer la puis­sance du poêle dépen­dra du cli­mat de la région, de l’isolation de la mai­son et de la taille de la pièce dans laquelle il va être ins­tal­lé. Contrairement aux poêles bûches, sa concep­tion favo­rise un fonc­tion­ne­ment opti­mal au ralen­ti et un bon ren­de­ment en charge par­tielle avec, dans tous les cas, une com­bus­tion com­plète. En revanche, la suc­ces­sion trop rap­pro­chée de démar­rages et d’arrêts sera dom­ma­geable à l’appareil, et il vaut mieux évi­ter de le sur­di­men­sion­ner. En appoint, dans une mai­son per­for­mante, 3 kW suf­fi­ront. Notons que la plu­part des poêles à gra­nu­lés sont étanches et uti­li­sables dans des mai­sons pas­sives. Les plus per­fec­tion­nés régulent leur puis­sance au plus près de la demande (voir les poêles Hoben n°95).

Le bon rendement

Avec un ren­de­ment de com­bus­tion situé entre 80 % et 95 %, le poêle à gra­nu­lés est le sys­tème le plus effi­cace pour brû­ler du bois. Toutefois, les ren­de­ments sont théo­riques et cal­cu­lés dans des condi­tions idéales de labo­ra­toire. Votre consom­ma­tion sera d’autant réduite que le poêle sera bien réglé… et bien entre­te­nu.

Les critères esthétiques

Il existe comme pour les poêles bûches une grande varié­té de styles et de cou­leurs. L’idéal est de voir le poêle fonc­tion­ner en situa­tion avant l’achat pour se rendre compte de la taille de la flamme et du bruit de l’appareil. Les prix oscil­lent de 1500 à 11 000 € avec un prix moyen autour de 3000 €.

Le bruit…

Car un poêle à gra­nu­lés peut être bruyant ! Le poêle va entrer dans une zone de vie, géné­ra­le­ment le salon. Il est donc impé­ra­tif de véri­fier la nui­sance réelle avant de pas­ser à l’achat, par exemple en deman­dant à voir un poêle déjà ins­tal­lé, la notion de nui­sance étant très sub­jec­tive d’une per­sonne à l’autre. Le bruit pro­vient par­fois de la vis, du ven­ti­la­teur d’extraction des fumées ou du ven­ti­la­teur de convec­tion, char­gé de répar­tir la cha­leur dans la pièce. Sur les bons poêles, c’est un ron­ron­ne­ment.

L’entretien

Le seul entre­tien régu­lier néces­saire en dehors de l’élimination des cendres, c’est le net­toyage du foyer et des échan­geurs de cha­leur. On appré­cie­ra les cen­driers amo­vibles. Il est recom­man­dé d’utiliser un aspi­ra­teur à cendre dédié, plus résis­tants que les aspi­ra­teurs domes­tiques. La légis­la­tion impose deux ramo­nages annuels des conduits. Les sys­tèmes d’allumage auto­ma­tiques bas de gamme peuvent néces­si­ter un chan­ge­ment régu­lier des car­touches d’allumage, mais sur les bons appa­reils, ils peuvent durer jusqu’à 7 ou 8 ans. Il est recom­man­dé de faire un contrôle et net­toyage com­plet tous les 500 à 1500 kg de gra­nu­lés consom­més, selon les poêles, ce qui peut être fait dans le cadre d’un contrat de main­te­nance avec l’installateur. C’est la garan­tie d’un net­toyage dans le détail (donc de la lon­gé­vi­té du poêle) et encore une fois de son bon réglage.

Convection ou soufflerie ?

Certains poêles à gra­nu­lés pulsent l’air chaud par ven­ti­la­teur, d’autres chauffent seule­ment par convec­tion, ce qui pré­sente l’avantage d’être plus silen­cieux mais per­met une moins bonne répar­ti­tion de l’air chaud. Il est par­fois pos­sible de régler la vitesse du ven­ti­la­teur et de dimi­nuer ain­si le bruit. Certains poêles peuvent être uti­li­sés en hydro-accu­mu­la­tion. 

Pour en savoir plus : décou­vrez nos der­niers articles sur le chauf­fage au bois !

Comment choi­sir, com­ment bien entre­te­nir, quels com­bus­tibles, les poêles cana­li­sés, les poêles hydro, les chau­dières…

n°95 : Hoben, le poêle intel­li­gent

HN93 Fours à bois Ephrem

HN92 Bois solaire et eau (Montpellier)

n°92 Solaire et gra­nu­lés

n°92 Chaudière bûches en hydro-accu­mu­la­tion

HN91 De quel bois se chauf­fer

HN91 pour­quoi le gra­nu­lé flambe-t-il ?

HN91 Dimensionner une ins­tal­la­tion bois

n°88 La poste passe aux gra­nu­lés avec Morvan

n°88 Bois et solaire Hargassner

HN87 Le bois éner­gie d’avenir : renou­ve­ler son appa­reil

HN87 Chauffage au bois et RE2020

HN85 Poêles hybrides : bûches & gra­nu­lés

Hn85 3 chau­dières bois à la loupe

n°84 Comparatif : 53 poêles < 6 kW

n°81 5 chau­dières à la loupe

n°81 Auvergne ter­ri­toire d’une filière Bois Energie

HN80 Canaliser l’air chaud pour bien chauf­fer la mai­son

HN77 Solaire & Bois avec Airwood Sunwood

HN77 Bien gérer son com­bus­tible bois

HN77 Contrôlez l’humidité de vos bûches

HN76 Quel ramo­neur pour mon ins­tal­la­tion ?

HN76 Entretenir sa chau­dière bois

HN76 Petites puis­sances pour grand confort

HN75 Concours 2018

n°74 Bien entre­te­nir son poêle à gra­nu­lés

HN74 ONF, acteur de la filière bois éner­gie

Hn73 Poêle de masse : la preuve par 1000 !

n°72 Poêle hydro : révo­lu­tion à la ferme

n°72 Réseau de cha­leur pour chambres d’hôtes

n°69 Installation : chau­dière mixte bûches/granulés

n°69 – Dossier : choi­sir sa chau­dière bois

n°68 Dossier : Bien choi­sir votre poêle à bois

n°66 Chauffage au bois, chauf­fage évo­lu­tif : chau­dière bûches

n°65 Installer un poêle hydro

Acheter des anciens numéros

Retrouvez vos thèmes préférés et les bonnes adresses en consultant nos éditions passées !

Feuilletez un numéro

Magazine Habitat naturel N°88

Newsletter : inscrivez-vous !

Restez informé de la sortie de nos parutions et des événements clés du secteur !

Habitat naturel sur Facebook

Habitat Naturel

1 semaine 1 jour il y a

Le n° 97 n'est plus en kiosque que pour 10 jours ! Foncez découvrir cette magnifique maison passive signée Passiv'home ! Sinon c'est sur www.habitatnaturel.fr

Sur le même thème...

Eco construction menuiseries2

Menuiseries : double ou triple vitrage ?

by | Nov 9, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo de une : Réalisation Atelier 3A. Menuiseries triples vitrages Smartwin Bois/alu d'André Menuiserie, certifiées passives. Voir hors-série n°18 D’un côté la...

Eco construction Reemploi1

Réemploi : comment (bien) faire ?

by | Nov 6, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

L’effet de la loi AGEC Antigaspillage pour une économie circulaire, la hausse des prix des matériaux, les délais, l’envie de faire mieux... le réemploi est dans toutes...

Ventilation : bouches chauffantes Brink

Ventilation, hygiène et performance énergétique

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

En une : ventilation : bouches chauffantes Brink L'air c'est la vie ! Au cours d’une vie nous inhalons 300 millions de litres d’air : 12 000 litres par jour en moyenne,...

Qualite de l'air intérieur

La qualité de l’air intérieur

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Placo En 2001, la création de l’observatoire de la qualité de l’air intérieur par les pouvoirs publics marque la prise de conscience de cette problématique....

Recherche de fuites

Etanchéité à l’air : comment bien faire

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Menuiseries Bieber. L’étanchéité à l’air est sans doute le point le plus critique à gérer dans une construction aujourd’hui, qu’il s’agisse de respecter la...

eco construction isolation1

Isolation thermique : le point clé du confort

by | Nov 2, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Largement stimulée par les pouvoirs publics, la réglementation et les incitations fiscales, l’isolation thermique intérieure ou extérieure est enfin devenue une...

Eco-construction maçonnerie- Xella

Eco-construire en maçonnerie

by | Nov 2, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Construction en blocs monomurs de béton cellulaire - Xella La culture constructive française se retrouve le plus généralement du côté de la « pierre » au sens...

Eco-construction: les aides et les formations

Les aides à la construction de votre maison et à sa rénovation

by | Nov 1, 2023 | L'éco-construction,L'éco-rénovation | 0 Comments

Photo de une : Thibaut Durand pour Hargassner France Chaque année, les règles changent ! Pour ne plus se perdre dans les crédit d'impôts, les prêts à taux zéro, les...

Maison bois Myotte-Duquet Charpentes

Eco-construction d’une maison : les étapes clés d’un projet réussi

by | Nov 1, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Myotte-Duquet Eco-construire une maison est aujourd’hui un choix judicieux, tant du point de vue du confort que de celui de l’environnement. Mais comment entrer...

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR Le chauffage au bois