Finitions naturelles, la déco à réinventer !

vendredi 3 novembre 2023 | Les matériaux bio-sourcés

Sommaire
2
3

Indissociables d’un inté­rieur sain, les fini­tions natu­relles par­ti­cipent éga­le­ment à la bonne régu­la­tion de l’hygrométrie ambiante. Chaleureuses, durables, naturelles,agréables à tra­vailler…, elles sont en phase avec les der­nières ten­dances de la déco­ra­tion. Et pour un sup­plé­ment d’âme, n’hé­si­tez à pas à recou­rir au réem­ploi !

Habiller les sols

Eco-construction finitions naturelles

Que l’on recherche le cachet des anciennes fini­tions pour valo­ri­ser une mai­son ancienne res­tau­rée dans les règles de l’art, ou que l’on recherche des fini­tions esthé­tiques, durables et saines pour une nou­velle déco­ra­tion, les fini­tions natu­relles offrent toutes les solu­tions créa­tives. 

Pour les sols, les pos­si­bi­li­tés de maté­riaux nobles et res­pec­tueux de l’environnement comme de la san­té sont légion. Côté esthé­tique, les fabri­cants redoublent de créa­ti­vi­té pour pro­po­ser matières, motifs, styles et cou­leurs de sorte à répondre aux goûts de tous. Il ne reste qu’à choi­sir…

Le parquet

Le par­quet est “le” revê­te­ment de sol “éco­lo­gique” par excel­lence. Parce que depuis sa genèse jusqu’à la fin de sa vie, il cumule les ver­tus. Issu de la trans­for­ma­tion du bois, il garde cap­tif le car­bone que l’arbre a sto­cké durant sa crois­sance et limite de ce fait la pro­fu­sion d’émissions de CO2 dans l’atmosphère. Abondant dans nos forêts euro­péennes, il ne réclame que très peu de trans­for­ma­tions (taille, coupe et éven­tuel­le­ment trai­te­ments) pour sa fabri­ca­tion. Cette sobrié­té garan­tit, par ailleurs, une ambiance inté­rieure saine. Mais cer­tains par­quets sont plus éco­lo­giques que d’autres. Ainsi, le par­quet mas­sif est évi­dem­ment le choix le plus “vert”, d’autant plus si l’essence est suf­fi­sam­ment résis­tante pour se pas­ser de trai­te­ments.

À défaut, on opte­ra pour des trai­te­ments et pro­duits de fini­tion éco­lo­giques. Ceci étant dit, la démarche éco­lo­gique ne s’arrête pas au choix du par­quet. Son mode de pose est éga­le­ment très impor­tant. On dis­tingue trois méthodes : la pose col­lée, la pose clouée et la pose flot­tante. La pose tra­di­tion­nelle, clouée sur lam­bourde, est la plus appro­priée. Une tech­nique que l’on ne peut tou­te­fois appli­quer que pour la pose de par­quets mas­sifs. Pour un par­quet contre­col­lé, on pour­ra se diri­ger vers une pose flot­tante qui évite l’usage de colle.

Côté fini­tions, on pré­fé­re­ra pro­té­ger les lames avec une fini­tion hui­lée ou encaus­ti­quée plu­tôt que de vitri­fier le par­quet. L’idée étant d’utiliser des pro­duits natu­rels (huile ou cire éco­lo­gique) à la fois moins nocifs et lais­sant res­pi­rer le bois. 

Parquet en chêne. Meister
Parquet en chêne. Meister

Tissages et revêtements végétaux

Jonc de mer, fibre de coco, sisal, lino­léum, liège ou encore bam­bou…, la nature nous a fait de jolis cadeaux : de belles et solides matières qui se suf­fisent à elles-mêmes pour habiller les sols. Des matières qui se passent de bres syn­thé­tiques, de sol­vants et de chlore. Elles pré­sentent donc l’avantage d’une fabri­ca­tion plus res­pec­tueuse de l’environnement. Par ailleurs, ces végé­taux se renou­vellent rapi­de­ment, sans récla­mer de pes­ti­cides ni d’engrais. Certaines de ces matières seront tis­sées (jonc, coco, sisal), d’autres sim­ple­ment agglo­mé­rées (le lino­léum natu­rel est un mélange d’huile de lin, de résine et de chaux, le liège est chauf­fé pour s’homogénéiser avec sa propre résine), et d’autres enfin juste cou­pées et taillées (le bam­bou). Seule ombre au tableau : la dis­tance, car ces matières sont sou­vent culti­vées dans de loin­taines contrées. Tissages bou­clés ou petites lames struc­tu­rées, sol lisse et colo­ré…, les aspects se plient à l’ambiance des lieux qu’ils revêtent tout en offrant dif­fé­rentes ver­tus : le lino­léum est par­ti­cu­liè­re­ment résis­tant, le liège est impu­tres­cible et c’est un excellent iso­lant pho­nique, le jonc de mer est appré­cié pour sa résis­tance aux tâches comme à l’eau, le coco résiste éga­le­ment à l’eau, mais moins aux tâches, il est éga­le­ment anti­bac­té­rien…

Au niveau de la pose, il est dif­fi­cile de se pas­ser de colle pour les tis­sages. Aussi est-il recom­man­dé de choi­sir les pro­duits les moins toxiques pos­sible. Par contre, le liège et le lino peuvent fixés en pose flot­tante grâce à un sys­tème de clips. 

Jonc de mer, fibre de coco, sisal, linoléum, liège ou encore bambou... le choix est vaste ! photo : Claire Leloy
Jonc de mer, fibre de coco, sisal, lino­léum, liège ou encore bam­bou… le choix est vaste ! pho­to : Claire Leloy

Les dallages naturels

Les dal­lages offrent un avan­tage cer­tain d’un point de vue sani­taire : revê­te­ments “durs”, ils ne relâchent pas de com­po­sés orga­niques vola­tils (uni­que­ment ceux dus aux éven­tuels trai­te­ments de sur­face et colles de pose). Autre bon point pour la qua­li­té de l’air du loge­ment, ces revê­te­ments sont imper­méables à la pol­lu­tion : ils n’absorbent rien et ne relâchent donc rien non plus dans l’air inté­rieur. Les dal­lages natu­rels ont, en plus, un inté­rêt réel : ils uti­lisent des matières pre­mières que la nature nous four­nit : pierre, miné­raux, terre... Si elles ne sont pas renou­ve­lables, leur exploi­ta­tion ne pose pas de pro­blème majeur car elles existent en abon­dance. Leur trans­for­ma­tion est rela­ti­ve­ment faible. Certaines, comme la pierre, ne sont même pas trans­for­mées, d’autres, comme la terre cuite ou la céra­mique, réclament de hautes tem­pé­ra­tures (1 000°C pour la tomette). Ces tem­pé­ra­tures sont néces­saires pour garan­tir la soli­di­té des matières. Rien n’est par­fait. En pra­tique, lors de la pose, on peut amé­lio­rer les qua­li­tés d’innocuité de ces revê­te­ments en rem­pla­çant avan­ta­geu­se­ment le mor­tier-colle tra­di­tion­nel par un mor­tier de chaux. Ce pro­duit natu­rel évite ain­si l’utilisation de pro­duits poten­tiel­le­ment toxiques et émet­teurs de com­po­sés orga­niques vola­tils. Dans un second temps, les dal­lages les plus poreux (terre cuite, pierre) seront pro­té­gés avec une huile spé­ci­fique qui vien­dra bou­cher les pores de la matière et la pro­té­ger contre les tâches.

Au quo­ti­dien, les dal­lages sont des revê­te­ments “tout ter­rain” : ne rete­nant pas la pous­sière et résis­tant à l’humidité comme aux tâches, ils se satis­fe­ront d’un net­toyage régu­lier, de pré­fé­rence avec le tra­di­tion­nel savon noir.

Certains revê­te­ments de sol durs béné­fi­cient de l’écolabel euro­péen. 

Eco construction finitions : tomettes

Couleurs et matières : finitions naturelles pour les murs 

Une mul­ti­tude de tex­tures, des cou­leurs à en revendre, des pro­duits faciles à tra­vailler et sur­tout des matières nobles qui n’appauvrissent pas la terre et ne pré­sentent pas de risques pour la san­té : voi­là ce que pro­mettent les murs parés de fini­tions natu­relles. 

Finitions naturelles : les murs

Les enduits

Un enduit est un savant mélange dont la tex­ture plus ou moins épaisse per­met de réa­li­ser des effets de matières et de cou­leurs. Face aux pro­duits cou­rants, qui comptent dans leur recette des com­po­sés chi­miques, on trouve des enduits natu­rels. Ces enduits sont bio­dé­gra­dables. Simples mélanges de matières pre­mières, ils ne réclament que peu de trans­for­ma­tion pour leur fabri­ca­tion, génèrent peu de par­ti­cules lors de la pose et aucune éma­na­tion au cours de leur vie. Deux grandes familles coha­bitent en la matière : les enduits à la chaux et les enduits de terre.

Pour les pre­miers, la chaux joue le rôle de liant, l’eau, celui du sol­vant, et ils sont addi­tion­nés de charges (sable, poudre de marbre…) dans des pro­por­tions variant en fonc­tion de l’épaisseur sou­hai­tée. Pour les seconds, l’argile joue un rôle simi­laire et est, de même, mélan­gée à de l’eau et du sable. Il est par ailleurs pos­sible d’ajouter à ces mélanges des fibres (chanvre, paille, coton, cel­lu­lose…) ce qui, outre l’effet de matière obte­nu, accorde un excellent pou­voir pro­tec­teur et iso­lant à ces fini­tions et amé­liore leur plas­ti­ci­té. Au niveau de la cou­leur, on uti­li­se­ra en prio­ri­té des pig­ments natu­rels. Si les ocres sont sans doute les teintes les plus sou­vent asso­ciées à ce type de matière, les pig­ments offrent autant de pos­si­bi­li­tés qu’il existe de goûts. Les enduits terre peuvent, quant à eux, être éven­tuel­le­ment rehaus­sés de pig­ments mais la plu­part du temps, les varia­tions natu­relles de l’argile se suf­fisent à elles-mêmes.

Lors de la pose, ces enduits se com­portent comme tous les autres : ils exigent un mur propre, débar­ras­sé d’éventuelles par­ti­cules et une pre­mière couche d’accroche. La couche de fini­tion vient ensuite don­ner toute sa per­son­na­li­té au mur : talo­chée, lis­sée, ser­rée… (c’est le cas du tade­lakt par exemple, un enduit déco­ra­tif étanche à l’eau, d’origine maro­caine et très en vogue dans les salles de bains).

Tedelakt, enduit terre, idéal pour les salles pièces humides.
Tadelakt, enduit terre, idéal pour les salles pièces humides.

Les peintures naturelles

Simple à appli­quer et rela­ti­ve­ment radi­cale pour chan­ger faci­le­ment l’ambiance d’une pièce, la pein­ture est le choix numé­ro 1 pour les revê­te­ments de mur. Mais il y a pein­ture et pein­ture… Ainsi, les pro­duits les plus com­mu­né­ment dis­tri­bués contiennent des pro­duits issus de la chi­mie, (sol­vants chi­miques, liants de syn­thèse, adju­vants émul­si­fiants ou épais­sis­sants…) qui, bien sou­vent, pré­sentent des risques pour l’environnement comme pour la san­té. Les pein­tures natu­relles, quant à elles, affichent leurs com­po­sants. Liants, sol­vants et adju­vants com­posent aus­si ces pro­duits, mais ici, tous sont natu­rels (eau, chaux, huile de lin, pig­ments natu­rels…). La pein­ture qui en découle est évi­dem­ment bio­dé­gra­dable.

Fini velou­té, ren­du miné­ral, aspect cou­vrant…, les pein­tures natu­relles peuvent répondre à toutes les envies (voir notre article sur Auro dans le n°89 et les pein­tures dépol­luantes dans le n°67). Il fau­dra alors choi­sir entre les mul­tiples pro­duits dis­po­nibles : pein­ture à la chaux, pein­ture à l’argile ou encore pein­ture à la caséine. Pour la chaux, plu­sieurs épais­seurs pro­mettent des esthé­tiques dif­fé­rentes depuis la cola­ture (le mélange le plus épais uti­li­sé pour le chau­lage) jusqu’à l’eau forte (très liquide, ne pel­li­cule en trans­pa­rence). Ces pro­duits sont bien sûr dis­po­nibles en pré­pa­ra­tions prêtes à l’emploi. Il est par ailleurs pos­sible (mais déli­cat) de réa­li­ser soi-même ses mélanges. Attention, car même les pein­tures acry­liques (à l’eau) ne sont pas toutes exemptes de sub­stances toxiques.

Peintures naturelles Auro
Peintures natu­relles Auro

Les éléments de parement

Ceux qui ont la chance d’habiter des mai­sons aux murs réa­li­sés en pierre, en bois mas­sif ou en briques peuvent pro­fi­ter de l’esthétique toute par­ti­cu­lière et des ver­tus de ces maté­riaux… Mais ces matières peuvent aus­si être “rap­por­tées” sur les murs de sorte à les déco­rer ; on parle alors de pare­ment. Briques, pierres et bois sont des maté­riaux bruts natu­rels (pour peu qu’il s’agisse de maté­riaux véri­tables et non d’imitations) qui pré­sentent de nom­breux inté­rêts.

Ainsi un lam­bris­sage de bois garan­tit une ambiance inté­rieure plus saine (peu de COV, régu­la­tion de l’humidité). Peu consom­ma­teur d’énergie et de chi­mie, le bois est, par ailleurs, un bon choix pour res­pec­ter l’environnement. Bien enten­du, pour assu­rer ces qua­li­tés, il fau­dra veiller aux trai­te­ments et pro­duits de fini­tion qui peuvent venir le pro­té­ger. En termes de pose, les options sont nom­breuses : depuis le lam­bris­sage à la ver­ti­cale ou à l’horizontale pour un esprit nor­dique jusqu’aux cimaises pour un style plus clas­sique, les pos­si­bi­li­tés ne manquent pas. Il s’agira par contre de clouer ces élé­ments et d’éviter, une fois encore, la colle. Briques et pierres de pare­ment peuvent, de même, habiller un mur inté­rieur. Au-delà du ren­du par­ti­cu­liè­re­ment attrac­tif, ces deux maté­riaux pré­sentent l’avantage d’améliorer l’inertie ther­mique du bâti­ment : ils stockent la cha­leur et la res­ti­tuent len­te­ment. L’idéal pour une ambiance confor­table. Pour limi­ter les quan­ti­tés de com­po­sés orga­niques vola­tils dans l’atmosphère inté­rieure, il est par contre recom­man­dé de limi­ter l’usage de colles et ciments- colles. Préférez-leur des équi­va­lents éco­lo­giques. Les joints peuvent par ailleurs être réa­li­sés avec un enduit de chaux, tein­té ou natu­rel.

Pure Home Sapin épicéa, lambris FP Bois
Pure Home Sapin épi­céa, lam­bris FP Bois

Les fini­tions natu­relles sont saines lors de la pose et lors de leur durée de vie dans la mai­son. Elles ne dégagent aucune sub­stance pol­luante comme les com­po­sés orga­niques vola­tils. Attention tou­te­fois, natu­rel ne veut pas tou­jours dire inof­fen­sif. Certains sol­vants natu­rels peuvent eux aus­si déclen­cher des aller­gies. Bien lire les notices d’utilisation de ces pro­duits ! 

Acheter des anciens numéros

Retrouvez vos thèmes préférés et les bonnes adresses en consultant nos éditions passées !

Feuilletez un numéro

Magazine Habitat naturel N°88

Newsletter : inscrivez-vous !

Restez informé de la sortie de nos parutions et des événements clés du secteur !

Habitat naturel sur Facebook

Habitat Naturel

1 semaine 1 jour il y a

Le n° 97 n'est plus en kiosque que pour 10 jours ! Foncez découvrir cette magnifique maison passive signée Passiv'home ! Sinon c'est sur www.habitatnaturel.fr

Sur le même thème...

Eco construction menuiseries2

Menuiseries : double ou triple vitrage ?

by | Nov 9, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo de une : Réalisation Atelier 3A. Menuiseries triples vitrages Smartwin Bois/alu d'André Menuiserie, certifiées passives. Voir hors-série n°18 D’un côté la...

Eco construction Reemploi1

Réemploi : comment (bien) faire ?

by | Nov 6, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

L’effet de la loi AGEC Antigaspillage pour une économie circulaire, la hausse des prix des matériaux, les délais, l’envie de faire mieux... le réemploi est dans toutes...

Ventilation : bouches chauffantes Brink

Ventilation, hygiène et performance énergétique

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

En une : ventilation : bouches chauffantes Brink L'air c'est la vie ! Au cours d’une vie nous inhalons 300 millions de litres d’air : 12 000 litres par jour en moyenne,...

Qualite de l'air intérieur

La qualité de l’air intérieur

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Placo En 2001, la création de l’observatoire de la qualité de l’air intérieur par les pouvoirs publics marque la prise de conscience de cette problématique....

Recherche de fuites

Etanchéité à l’air : comment bien faire

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Menuiseries Bieber. L’étanchéité à l’air est sans doute le point le plus critique à gérer dans une construction aujourd’hui, qu’il s’agisse de respecter la...

eco construction isolation1

Isolation thermique : le point clé du confort

by | Nov 2, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Largement stimulée par les pouvoirs publics, la réglementation et les incitations fiscales, l’isolation thermique intérieure ou extérieure est enfin devenue une...

Eco-construction maçonnerie- Xella

Eco-construire en maçonnerie

by | Nov 2, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Construction en blocs monomurs de béton cellulaire - Xella La culture constructive française se retrouve le plus généralement du côté de la « pierre » au sens...

Eco-construction: les aides et les formations

Les aides à la construction de votre maison et à sa rénovation

by | Nov 1, 2023 | L'éco-construction,L'éco-rénovation | 0 Comments

Photo de une : Thibaut Durand pour Hargassner France Chaque année, les règles changent ! Pour ne plus se perdre dans les crédit d'impôts, les prêts à taux zéro, les...

Maison bois Myotte-Duquet Charpentes

Eco-construction d’une maison : les étapes clés d’un projet réussi

by | Nov 1, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Myotte-Duquet Eco-construire une maison est aujourd’hui un choix judicieux, tant du point de vue du confort que de celui de l’environnement. Mais comment entrer...

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR Les matériaux bio-sourcés