Rénovation globale : la solution Dorémi

vendredi 3 novembre 2023 | L'éco-rénovation

Dorémi est née à l’initiative de l’institut négaWatt, lui-même créé en 2009 à par­tir de l’association négaWatt, à qui l’on doit plu­sieurs scé­na­rios de tran­si­tion éner­gé­tique pour la France. Doremi, c’est avant tout une méthode qui per­met de réno­ver un bâti dans sa glo­ba­li­té, afin de le trans­for­mer en une fois en loge­ment réel­le­ment per­for­mant. Explications.

Photo de une : Juan Robert pour Dorémi.

Rénovation d'une grange en habitation performante par un groupement d'artisans Dorémi. Voir n°94
Rénovation d’une grange en habi­ta­tion per­for­mante par un grou­pe­ment d’ar­ti­sans Dorémi. Voir n°94

Genèse de la méthode de rénovation globale

Dorémi est avant tout né du constat que 10 % des consom­ma­tions fran­çaises d’énergie pas­saient dans le chauf­fage des mai­sons d’avant 1975. Et des mai­sons de ce type, il y en a 7,4 mil­lions à réno­ver… 2 Français sur 3 se plaint d’avoir froid en hiver mal­gré son chauf­fage, sans par­ler des nui­sances sonores. 

La loi du 17 août 2015 rela­tive à la tran­si­tion éner­gé­tique pour la Croissance Verte ins­crit comme nou­veaux objec­tifs de réduire la consom­ma­tion éner­gé­tique finale de 50 % en 2050 par rap­port à 2012 et de dis­po­ser d’un parc immo­bi­lier dont l’ensemble des bâti­ments sont réno­vés en fonc­tion des normes « Bâtiment basse consom­ma­tion » ou assi­mi­lées, à l’horizon 2050. Or à ce jour… on en est loin. Le 2ème  constat de l’Institut est qu’une réno­va­tion par étape ne peut pas être per­for­mante. Si les dif­fé­rents postes – menui­se­ries, chau­dière, iso­la­tion et ven­ti­la­tion – ne sont pas trai­tés ensemble au même moment, le résul­tat ne sera pas satis­fai­sant (au mieux on attein­dra une divi­sion par 2 des consom­ma­tions), voire pour­ra géné­rer des patho­lo­gies : moi­sis­sures, sur­coût, risque d’incendie, cou­rants d’air, froid, patho­lo­gies struc­tu­relles et un confort très rela­tif… Avec une réno­va­tion glo­bale de qua­li­té c’est un fac­teur 4 qui peut être atteint en réduc­tion des consom­ma­tions (de l’ordre de 80 kWh/m².an pour les 5 usages régle­men­taires), et de façon durable ! Toutefois, consciente de la réa­li­té du mar­ché, l’équipe Dorémi avec le sou­tien finan­cier de l’ADEME, a déve­lop­pé des outils pour enca­drer la réa­li­sa­tion de réno­va­tion per­for­mantes par étapes.

Qu’est-ce qu’une rénovation performante ?

Pour Dorémi, la réno­va­tion implique une enve­loppe per­for­mante avec un niveau d’isolation cor­rect et conti­nu sur toute l’enveloppe, avant même de son­ger menui­se­ries, chau­dière et VMC. Car seule une bonne coor­di­na­tion des inter­ve­nants est à même de réus­sir l’optimisation de l’étanchéité à l’air, le trai­te­ment des ponts ther­miques et le bon dimen­sion­ne­ment des appa­reils, ce qui est impos­sible à réa­li­ser lorsque l’on pro­cède par étape. Les gains sont immé­diats : divi­sion de la fac­ture de chauf­fage de 4 à 8, gain de valeur patri­mo­niale, mai­son saine, confor­table en hiver, fraîche en été et dont les émis­sions de gaz à effet de serre ont été for­te­ment réduites. En trans­for­mant des fac­tures de chauf­fage en men­sua­li­tés de prêt d’un mon­tant équi­valent (« équi­libre en tré­so­re­rie »), les ménages modestes peuvent dis­po­ser d’une mai­son per­for­mante (donc confor­table, saine et éco­nome) sans perte de pou­voir d’achat.

A qui s’adresser ?

Dorémi s’appuie sur un réseau de par­te­naires publics et pri­vés au ser­vice de la réno­va­tion per­for­mante et au plus près des arti­sans et des ménages dans les ter­ri­toires. La démarche favo­rise l’emploi local et non délo­ca­li­sable par la mobi­li­sa­tion des arti­sans du ter­ri­toire et l’ouverture d’un nou­veau mar­ché « gagnant-gagnant » pour le ménage, l’artisan et le ter­ri­toire, avec des métiers déva­lo­ri­sés qui reprennent du sens. Ces arti­sans tra­vaillent en grou­pe­ment et sont for­més et coor­don­nés. A ce jour, plus de 60 ter­ri­toires se sont déjà enga­gés. 45 % des réno­va­tions Dorémi ont été réa­li­sées à des­ti­na­tion des ménages modestes ou très modestes, ce qui a valu à Dorémi d’être agréée « entre­prise soli­daire d’utilité sociale ».

Pour le par­ti­cu­lier, il suf­fit d’initier un contact auprès de Dorémi ou de sa col­lec­ti­vi­té. Un conseiller se déplace sur site pour vali­der les points tech­niques et finan­ciers (notam­ment les aides). Un grou­pe­ment d’artisans vient étu­dier le pro­jet et faire une pro­po­si­tion. Le pro­prié­taire reste maître de son chan­tier et signe les devis.

Pour l’artisan : Dorémi pro­pose une for­ma­tion de 2 jours pour com­prendre le mar­ché, le fonc­tion­ne­ment en grou­pe­ment et le réseau. Si le prin­cipe lui sied, une for­ma­tion est conduite avec son grou­pe­ment (4 jours sur la méthode) puis 3 à 5 jours sur un pre­mier chan­tier. Cette for­ma­tion est prise en charge par un orga­nisme de for­ma­tion et le com­plé­ment finan­çable par l’apport de ce chan­tier. Il devient ensuite adhé­rent du réseau et offi­ciel­le­ment « arti­san d’un grou­pe­ment Dorémi », ce qui lui apporte des ser­vices : sou­tien tech­nique, plan­ning, com­mu­ni­ca­tion… Il chiffre lui-même ses devis et réa­lise les tra­vaux en confor­mi­té avec le réfé­ren­tiel Dorémi. Le chan­tier ter­mi­né, la per­for­mance éner­gé­tique est éva­luée et le tra­vail valo­ri­sé par le ter­ri­toire. A ce jour, plus de 300 grou­pe­ments ont été consti­tués.

Les Solutions Techniques de Rénovation (STR)

Les Solutions Techniques de Rénovation (STR) ont été ima­gi­nées par Enertech afin de sim­pli­fier le dimen­sion­ne­ment de la per­for­mance éner­gé­tique pour atteindre une consom­ma­tion moyenne de chauf­fage en France Métropolitaine de 50 kWhEP/m² SHAB.an sans cal­cul, soit 80 kWhEP/m² SHAB.an pour le chauf­fage et la pro­duc­tion d’Eau Chaude Sanitaire. Cette sim­pli­ci­té et ce gain de temps per­mettent de se consa­crer plei­ne­ment – c’est un point indis­so­ciable de l’utilisation des bou­quets de tra­vaux STR – à l’état des lieux archi­tec­tu­ral et tech­nique (ELAT), au choix de maté­riaux et de pro­duits res­pec­tant le bâti, la migra­tion d’humidité et de vapeur d’eau, à la bonne concep­tion et mise en œuvre des solu­tions tech­niques, etc. La STR la plus adap­tée au bâti­ment et au pro­jet du ménage est sélec­tion­née par­mi 13 STR pro­po­sées dans le tableau ci-des­sous.

Les Solutions Techniques de Rénovation (STR) de Dorémi
Les Solutions Techniques de Rénovation (STR) de Dorémi
Les Solutions Techniques de Rénovation (STR) de Dorémi

Le réfé­ren­tiel pré­cise ensuite les bonnes pra­tiques de ges­tion des ponts ther­miques selon la fai­sa­bi­li­té tech- nique. Les cas d’isolation mixte (cer­tains murs en ITI d’autres en ITE) et les ponts ther­miques asso­ciés. Les cas de mitoyen­ne­té de murs, d’isolation impos­sible du plan­cher bas, d’isolation par­tielle exis­tante, de menui­se­ries récentes. Il expli­cite les tests d’étanchéité à l’air et les cor­rec­tions requises, les risques de désordre liés à la migra­tion de vapeur, les dif­fé­rentes situa­tions de chauf­fage et d’ECS exis­tants et enfin pré­cise les condi­tions de mise en œuvre d’une bonne ven­ti­la­tion en vue de garan­tir une bonne qua­li­té de l’air. Pour chaque poste de tra­vaux, l’Artisan Dorémi dis­pose d’une « Fiche de Déclaration Qualité Dorémi » selon le modèle four­ni par Dorémi. Elle pré­cise la des­crip­tion de l’installation et de la mise en œuvre, ain­si que les mesures éven­tuelles asso­ciées à la mise en ser­vice et un accom­pa­gne­ment du ménage sur le fonc­tion­ne­ment et l’entretien sur le poste ou l’installation concer­née, ain­si que la liste des éven­tuels docu­ments (notices de fonc­tion­ne­ment, …) ou maté­riels remis aux clients (filtres de VMC…). La confor­mi­té de la réno­va­tion au Référentiel est éva­luée par l’Expert Dorémi mis­sion­né à cet effet par Dorémi SAS soli­daire : avant signa­ture de l’offre, lors de la pre­mière visite de chan­tier et à la fin du chan­tier. 25 cri­tères de qua­li­té sont pas­sés au crible. Une appli­ca­tion dédiée faci­lite les échanges d’informations du chan­tier.

L’alternative : la rénovation Dorémi par étape

Il y a consen­sus sur l’efficacité des réno­va­tions glo­bales en une seule fois : cohé­rences entre
les actions, temps de chan­tier limi­té, effi­ca­ci­té maxi­male atteinte en une seule fois, éco­no­mies d’énergie immé­diates per­met­tant d’amortir l’investissement… Mais la réa­li­té est là : la majo­ri­té des réno­va­tions sont incom­plètes, faute de moyens ou de connais­sances. Dorémi pro­pose donc d’anticiper sur les étapes futures de la réno­va­tion et de conser­ver une vision glo­bale de la réno­va­tion du pro­jet. 69 fiches ont été édi­tées à cet effet.

Eco renovation Doremi10

Un souci de coordination

Le trai­te­ment des inter­faces entre les postes de tra­vaux peut déjà être com­plexe lorsqu’ils sont réa­li­sés en une seule fois. Cette com­plexi­té est accen­tuée lorsque les tra­vaux se font en plu­sieurs étapes, empê­chant la coor­di­na­tion entre les inter­ve­nants.

Une nécessaire démarche globale quand même

Si la réno­va­tion per­for­mante par étapes est envi­sa­geable (sous condi­tions), le pro­jet de réno­va­tion doit être inté­gré dans une démarche glo­bale. Une réflexion sur l’ensemble des lots éner­gé­tiques per­met d’éviter les impasses de réno­va­tion et de prendre en compte le trai­te­ment des ponts ther­miques et la conti­nui­té de la bar­rière d’étanchéité à l’air, dans le but d’atteindre la per­for­mance à terme. Cette vigi­lance per­met éga­le­ment d’assurer le res­pect des bonnes pra­tiques en matière de migra­tion d’humidité et de vapeur d’eau. Cela afin d’éviter les phé­no­mènes de conden­sa­tion à l’origine de déve­lop­pe­ments de moi­sis­sures et de patho­lo­gies diverses pour le bâti, éga­le­ment pré­ju­di­ciables à la qua­li­té de l’air inté­rieur et à la san­té des occu­pants. Les fiches pas à pas ont pour objec­tif de pro­po­ser des solu­tions au trai­te­ment des inter­faces entre 2 lots de tra­vaux réa­li­sés en 2 étapes dis­tinctes, dans une démarche de réno­va­tion per­for­mante à terme. Les adap­ta­tions peuvent s’appliquer aux 2 lots ou à un seul des 2 (anti­ci­pa­tion en 1re étape et/ou mesures cor­rec­tives en 2e étape) pour évi­ter la majo­ri­té des écueils.

Des risques…

Sont aus­si indi­qués, le cas échéant, les risques entre les 2 étapes (conden­sa­tion, mau­vaise qua­li­té de l’air…) et les pro­blé­ma­tiques qui ne pour­ront pas être évi­tées (sur­coûts, fatigue morale des pro­prié­taires…). Ces élé­ments sont à prendre en compte par les pro­prié­taires et les arti­sans avant de déci­der d’effectuer les tra­vaux de réno­va­tion éner­gé­tique par étapes plu­tôt qu’en une seule fois.

et des limites

En jan­vier 2021, Dorémi a livré les résul­tats d’une étude réa­li­sée avec l’ADEME et Enertech, inti­tu­lée “La réno­va­tion per­for­mante par étapes” dis­po­nible en ligne sur le site de l’Ademe. Cette ana­lyse intègre éga­le­ment les notions qui com­plètent la défi­ni­tion d’une réno­va­tion per­for­mante, à savoir la san­té et le confort pour les occu­pants, ain­si que la qua­li­té du bâti, tout au long du par­cours de réno­va­tion. Elle montre que les pra­tiques usuelles, nom­mées “réno­va­tions par­tielles”, qui consistent à jux­ta­po­ser des “gestes de tra­vaux”, ne per­mettent pas d’atteindre cet objec­tif. De plus, elles peuvent conduire à créer ou ren­for­cer des désordres sur le bâti, avec impact pos­sible sur le confort, voire la san­té des habi­tants. L’étude montre aus­si que ren­for­cer la per­for­mance de chaque élé­ment ne conduit pas non plus au bon niveau de per­for­mance dans cette approche “élé­ment par élé­ment”. Ainsi, l’addition simple de tra­vaux qua­li­fiés de “tra­vaux BBC-com­pa­tibles” n’est pas suf­fi­sante pour l’atteinte du niveau de per­for­mance BBC réno­va­tion ou équi­valent à terme, en moyenne sur le parc. L’étude montre la néces­si­té de dis­po­ser d’une vision glo­bale de ce que sera le par­cours de réno­va­tion per­for­mante par étapes. Elle pointe l’importance majeure du trai­te­ment des inter­faces entre postes de tra­vaux afin de dis­po­ser d’une conti­nui­té de l’isolation, de la bar­rière frein-vapeur et de l’étanchéité à l’air, pour évi­ter les patho­lo­gies et atteindre un niveau BBC-Rénovation ou équi­valent à terme à l’échelle du parc.

En 1 à 3 étapes, mais sous condition

L’étude démontre par des études de cas et des cal­culs que l’atteinte du niveau BBC réno­va­tion ou équi­valent à terme par des par­cours de 4 étapes de tra­vaux ou plus à un coût accep­table et d’ici 2050 semble peu réa­liste. Cette per­for­mance peut être atteinte en 1 à 3 étapes sous des condi­tions strictes décrites dans le rap­port. La pro­ba­bi­li­té d’atteindre la per­for­mance décroît avec l’augmentation du nombre d’étapes. Les condi­tions de réus­site pour atteindre la per­for­mance par étapes relèvent de consi­dé­ra­tions tech­niques, péda­go­giques, éco­no­miques, finan­cières, éga­le­ment sociales (accom­pa­gne­ment des ménages). L’étude met en exergue l’absence, et le besoin, de pré­co­ni­sa­tions tech­niques pour l’ensemble des cas de figures pra­tiques ren­con­trés sur le ter­rain dont le bon trai­te­ment est néces­saire pour abou­tir à une réno­va­tion per­for­mante à terme. 

La réalité du terrain

Et pour­tant, en 2017, l’étude TREMI annonce que si plus de 5 mil­lions de ménages ont réa­li­sé des tra­vaux de réno­va­tion (éner­gé­tique ou non) sur la période 2014–2016, seule­ment 25 % de ces pro­jets ont per­mis de sau­ter au moins une classe de DPE (ADEME TREMI, 2018). De même, seule­ment 5 % des tra­vaux réa­li­sés ont un impact éner­gé­tique jugé « impor­tant » (saut de 2 classes éner­gé­tiques ou plus selon DPE). Les ménages pri­vi­lé­gient la réno­va­tion par­tielle de leur mai­son (1 à 2 postes de tra­vaux, comme le rem­pla­ce­ment des menui­se­ries et/ou l’isolation des toitures/combles). Seules 35 % des réno­va­tions com­portent plus de 2 postes de tra­vaux…

.

Acheter des anciens numéros

Retrouvez vos thèmes préférés et les bonnes adresses en consultant nos éditions passées !

Feuilletez un numéro

Magazine Habitat naturel N°88

Newsletter : inscrivez-vous !

Restez informé de la sortie de nos parutions et des événements clés du secteur !

Habitat naturel sur Facebook

Habitat Naturel

11 heures 46 minutes il y a

Formez-vous avec le Gabion !

Sur le même thème...

Eco construction menuiseries2

Menuiseries : double ou triple vitrage ?

by | Nov 9, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo de une : Réalisation Atelier 3A. Menuiseries triples vitrages Smartwin Bois/alu d'André Menuiserie, certifiées passives. Voir hors-série n°18 D’un côté la...

Eco construction Reemploi1

Réemploi : comment (bien) faire ?

by | Nov 6, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

L’effet de la loi AGEC Antigaspillage pour une économie circulaire, la hausse des prix des matériaux, les délais, l’envie de faire mieux... le réemploi est dans toutes...

Ventilation : bouches chauffantes Brink

Ventilation, hygiène et performance énergétique

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

En une : ventilation : bouches chauffantes Brink L'air c'est la vie ! Au cours d’une vie nous inhalons 300 millions de litres d’air : 12 000 litres par jour en moyenne,...

Qualite de l'air intérieur

La qualité de l’air intérieur

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Placo En 2001, la création de l’observatoire de la qualité de l’air intérieur par les pouvoirs publics marque la prise de conscience de cette problématique....

Recherche de fuites

Etanchéité à l’air : comment bien faire

by | Nov 3, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Menuiseries Bieber. L’étanchéité à l’air est sans doute le point le plus critique à gérer dans une construction aujourd’hui, qu’il s’agisse de respecter la...

eco construction isolation1

Isolation thermique : le point clé du confort

by | Nov 2, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Largement stimulée par les pouvoirs publics, la réglementation et les incitations fiscales, l’isolation thermique intérieure ou extérieure est enfin devenue une...

Eco-construction maçonnerie- Xella

Eco-construire en maçonnerie

by | Nov 2, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Construction en blocs monomurs de béton cellulaire - Xella La culture constructive française se retrouve le plus généralement du côté de la « pierre » au sens...

Eco-construction: les aides et les formations

Les aides à la construction de votre maison et à sa rénovation

by | Nov 1, 2023 | L'éco-construction,L'éco-rénovation | 0 Comments

Photo de une : Thibaut Durand pour Hargassner France Chaque année, les règles changent ! Pour ne plus se perdre dans les crédit d'impôts, les prêts à taux zéro, les...

Maison bois Myotte-Duquet Charpentes

Eco-construction d’une maison : les étapes clés d’un projet réussi

by | Nov 1, 2023 | L'éco-construction | 0 Comments

Photo : Myotte-Duquet Eco-construire une maison est aujourd’hui un choix judicieux, tant du point de vue du confort que de celui de l’environnement. Mais comment entrer...

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR L'éco-rénovation