Accueil
Mon panier
panier vide
M'abonner
En kiosque
Habitat Naturel n°92
Actualités
Echo, lotissement passif des Vosges
Espace Ressources
Tous nos articles sur le chauffages au bois !
Petites Annonces
A vendre Maison
LAHONCE (64)
675000 €

Le bois massif : structures horizontales

Réalisation Honka (2MBois)

Le bois massif empilé

C’est l’une des plus anciennes techniques de construction. Le terme évoque les chalets de nos alpages, mais recouvre en réalité une multitude de techniques dont le seul point commun est l’empilage de bois. Les techniques anciennes subsistent encore. Les artisans écorcent et taillent leurs fûts sur le chantier avec des outils simples : tronçonneuse, compas, plane... Il en résulte un style rustique, où la marque de l’outil donne un cachet unique. Mais la majorité des constructions en bois massif est industrialisée.

Photo : réalisation Confort bois

Les maisons en bois massif peuvent être construites par empilage de rondin (bois rond) ou, plus fréquemment, par empilage de madriers (plans sur 4 faces). Quelle que soit la technique, il est possible de réaliser tous les styles d’architecture avec le bois massif, y compris des maisons ultra contemporaines en rondin, comme on en voit beaucoup aux États-Unis, où le bois massif est associé à une image de réussite sociale. L’essentiel de la fabrication de ces maisons ou chalets est assuré par des industriels en résineux. Les bois sont séchés dans des fours, traités par trempage ou par autoclave contre les champignons, les insectes et les moisissures. Rondins et madriers sont usinés et calibrés par des machines à commande numérique de très haute précision. Les passages de gaines électriques sont percés en atelier à l’intérieur des murs en bois. La taille des madriers ou rondins varie selon les constructeurs et selon le climat.

Les limites de portée et de résistance ont été repoussées par les nouveaux matériaux (bois contre-collés, bois lamellés-collés...) qui permettent également de limiter les problèmes de tassement et de retrait du bois des premières années. Le séchage produira des fentes (le retrait tangentiel est le double du retrait radial ce qui produit des tensions), qui ne mettront pas en cause la bonne isolation des murs ni leur résistance mécanique. Des entailles bien placées permettront de guider ces fentes aux endroits les moins visibles. Les joints permettent d’améliorer l’étanchéité à l’air des maisons en bois massif empilé. Il est toujours possible d’ajouter une isolation intérieure ou extérieure, pour la renforcer et respecter ainsi la RT2012.

Les panneaux autoportants massifs : le CLT


Les murs sont composés de panneaux lamellé-croisés, auto-portants épais (jusqu’à 30 cm), constitués de plusieurs couches de bois croisées et collées (3, 5, 7 voire plus). Ces panneaux ne nécessitent pas d’ossature porteuse. Ils s’assemblent entre eux par rainures et languettes et sont glissés entre deux sablières rainurées au moyen d’une grue. Une isolation par l’extérieur est ensuite posée avant le parement de façade, ce qui garantit une excellente performance thermique et l’étanchéité à l’air. On les utilise pour les murs, les planchers ou en sous-toiture. Ils restent visibles de l’intérieur, des cavités permettent de passer tous les câbles et gaines techniques. Le système de fabrication en « plis croisés » évite l’apparition de fentes, que certains trouvent inesthétiques, et garantit une stabilité dimensionnelle dans le temps. L’intérêt de ce système, c’est que l’épaisseur d’isolant n’est plus dictée par l’épaisseur des montants d’ossature portant les murs. Comme le bois se trouve du côté chauffé du mur et que sa teneur en humidité est de 9 %, un traitement chimique n’est plus nécessaire. En outre, les colles utilisées sont non émissives. Ces voiles de bois sont naturellement isolants et ils procurent une bonne isolation phonique par leur masse.

Ils permettent de réaliser des constructions antisismiques. Les panneaux sont usinés sur mesure par commande numérique avec la plus grande précision. De l’accroche des panneaux pour la grue jusqu’au rainurage des murs pour un assemblage parfait, en passant par des perforations pour les boulons et vis d’assemblage, tout est prévu pour que le montage soit le plus rapide possible. Les pièces sont numérotées et un contrôle qualité est effectué à différentes étapes de la fabrication. Les dimensions maximales sont limitées par le transport. Ce système constructif est rapide et le montage d’une maison hors d’eau peut se faire en une journée à 3 personnes et une grue. 

Photo : Montage d'un mur en KLH.

Source : Lignotrend

Accéder à l'espace Construction bois
A DECOUVRIR
Trouver un constructeur bois

Le syndicat Afcobois

Les garanties de qualité