Accueil
Mon panier
panier vide
M'abonner
En kiosque
Habitat Naturel n°74
Actualités
Qualiventil est né
Espace Ressources
Les 10 piliers du bioclimatisme
Petites Annonces
A vendre Maison
jouy le moutier (95)
695000 €

Peindre au naturel : recettes efficaces et inoffensives

Texte et photos : Bruno Gouttry, les Ateliers du Mathais

A l’heure où le nombre d’allergies et maladies professionnelles (troubles du système nerveux, digestif, respiratoire) se multiplient, on s’interroge sur la toxicité des produits utilisés dans l’habitat et plus précisément en décoration. si l’industrie a fait d’énormes progrès, seules les finitions dites « naturelles » affichent clairement leur composition. Bruno Gouttry, formateur aux Ateliers du Mathais et auteur de deux ouvrages chez Terre Vivante, nous livre quelques recettes !

Il est vrai que l’on passe plus des trois quarts de notre temps dans un habitat. Ces lieux ont été pendant des années construits ou rénovés avec des produits de synthèse aujourd’hui largement montrés du doigt. Une partie importante des constituants des produits employés s’évapore durant le séchage et se retrouve dans l’air que nous respirons. Ces émanations sont très importantes les jours qui suivent l’application et se prolongent parfois plusieurs mois, voire plusieurs années.

Les solvants en question

La toxicité des peintures est surtout due aux solvants qu’elles contiennent : white spirit, benzène, toluène... On retrouve dans les peintures à l’eau les fameux éthers de glycol et le formaldéhyde. Ces éléments sont cancérogènes et sont portant encore utilisés. Les revêtements muraux et les colles utiles à leur application ne valent pas mieux. Ils contiennent et émettent des COV en fortes quantités. Ils sont le réservoir de polluants chimiques et d’allergènes.

Les peintures naturelles 

Les peintures naturelles ont l’avantage de ne dégager aucune substance après leur séchage complet, soit environ 8 à 10 jours pour qu’elles soient sèches à cœur. Il en faut bien plus aux peintures solvantées ou aux peintures à l’eau pour cesser d’émettre.

Qu’elles soient à base d’eau ou d’huile, les peintures naturelles ne sont constituées que de composants d’origine naturelle : charges d’origine minérale (craie, argile, chaux, silicates...), pigments minéraux ou végétaux garantis sans métaux lourds, liants provenant de résines de conifères, propolis, huiles végétales ou encore caséine (un sous-produit du lait).

Tous ces constituants sont issus de la nature et l’homme les côtoie depuis plusieurs décennies voir des millénaires.

Ce n’est pas parce qu’il est naturel qu’un constituant est forcément bon pour l’homme. Il est indispensable de douter de l’innocuité de tous les produits.

Durant l’utilisation, certains produits peuvent provoquer des allergies - caséine, huile végétale, essence d’agrume... - ou des gènes passagères. Il est donc important de bien ventiler les pièces pendant les travaux et surtout de connaître la composition des produits utilisés.

Les fabricants de peinture naturelle se doivent de fournir la liste des ingrédients. Dans la plupart des cas, elle figure sur l’emballage. Si ce n’est pas le cas, le revendeur doit pouvoir fournir la fiche de donnée de sécurité (FDS) où la composition complète doit figurer. Si elle n’y figure pas ou si la liste vous oblige à faire des recherches dans un dictionnaire de chimie, passez votre chemin.

1/ La peinture à la caséine

Pour l’intérieur

Ingrédients et quantité : pour environ 10 m² en 2 couches.

  • 80g de caséine en poudre dans 440 ml d’eau +1 cuillère à café de bicarbonate de soude ou 1kg de fromage blanc à 0 % + bicarbonate.
  • 1,1 kg de pigments (craie seule ou mélangée à des pigments colorés) dans 560 ml d’eau

Préparation :

  • Délayer la caséine dans l’eau, puis ajouter le bicarbonate en prenant soin d’agiter vigoureusement pour éviter les grumeaux. Laisser la préparation gonfler pendant quelques minutes.
  • En attendant, mélanger la craie à l’eau. Attention aux grumeaux.
  • Une fois que la caséine est gonflée, mélanger les 2 préparations et laisser reposer environ 2 heures avant de l’utiliser.

Conservation : quelques jours.
Support : plâtre, plaque de plâtre, chaux, terre, ciment, bois et ancienne peinture mate.

Application :

C’est une peinture rustique qui ressemble au badigeon de chaux. Transparente quand on l’applique, elle blanchit en séchant. Elle permet des effets de matière en travaillant à la brosse à badigeon et en X. Pour un résultat plus uniforme sur les murs il est conseillé d’utiliser un rouleau.

2/ Enduit à l’argile

Pour l’intérieur

L’argile ne nous permet pas de travailler en épaisseur, sinon elle fissure en séchant. Il faut la mélanger avec un agrégat : sable ou poudre de marbre, si vous souhaitez un enduit plus fin. L’utilisation d’une terre minérale du jardin est possible après avoir été tamisée. Utiliser un sable de 2,5 mm au maximum.

Le dosage est en fonction de la quantité d’argile. Il faut moins de 30 % d’argile pour que l’enduit ne fissure pas.

Ingrédients et quantités

Compter environ 5 kg de mélange sec (argile et sable) par m²

  • Argile ou terre tamisée
  • Sable clair de 2 mm
  • Eau (pour obtenir la consistance d’un fro- mage blanc épais)

Préparer le mélange plusieurs heures à l’avance et en quantité suffisante pour la surface à traiter.

Conservation : à l’état liquide, plusieurs semaines et sec, pendant des années.

Support : corps d’enduit en terre, chaux, ciment. Sur les supports lisses types plâtre, plaque de plâtre et ancienne peinture mate, appliquer une sous-couche d’accroche après les avoir préparés comme pour une peinture.

L’application : Le mortier est étalé au platoir et à la truelle. Au fur et à mesure qu’il durcit, il est travaillé à la taloche ou avec une lisseuse jusqu’à obtention du résultat souhaité. Après séchage complet, essuyer l’enduit avec une éponge humide suivie d’une balayette pour éviter le farinage éventuel. Pour les retouches, il vous suffira de remouiller la zone abîmée et remettre de la matière avant de repasser un coup d’éponge. 

3/ Peinture à la farine et à l’ocre

Pour l’intérieur et l’extérieur

Ingrédients et quantité

Pour environ 15 m² en 1 couche :

  • 350 g de farine (blé ou seigle)
  • 3,5 l d’eau
  • 1 kg de terre colorante (ocre ou terre)
  • 100 g (ou 1 dl) de sulfate de fer (surtout pour l’extérieur)
  • 0,5 l d’huile de lin (de préférence clarifiée)
  • 5 cl de savon liquide

Préparation :

  • Délayer la farine dans 1/2 l d’eau, mélanger au reste de l’eau, porter à ébullition et poursuivre la cuisson pendant 15 minutes sans cesser de remuer le mélange. Ajouter l’ocre et le sulfate de fer et laisser cuire pendant encore 15 minutes sans cesser de remuer.
  • Ajouter l’huile de lin et faire cuire encore pendant 15 minutes en remuant toujours et en ajoutant petit à petit le savon.
  • Laisser refroidir, votre peinture est prête. Elle a la consistance d’un gel. Pour une première couche sur un bois poreux, vous pouvez la diluer légèrement avec de l’eau.

Conservation : quelques semaines au frais dans un récipient bien fermé.

Support : bois résineux de préférence, neuf ou ancien, non raboté ou pas trop lisse et non peint.

L’application : Une première couche peut être appliquée diluée avec un peu d’eau. L’application se fait à la brosse dans le sens des fibres du bois. Cette peinture est très épaisse et très opaque, mais se passe très bien. Nettoyer immédiatement les outils avec de l’eau.

Bruno Gouttry, artisan peintre en Rhône-alpes, passionné de couleurs et d’écologie, a créé en 2001 l’entreprise anachromie, première entreprise de la région à se spécialiser en peintures et enduits naturels. Ses convictions écologiques le poussent à tout mettre en œuvre pour démocratiser, dans le bâtiment, l’utilisation de produits respectueux du bâti, de l’homme et de l’environnement. Membre de différentes associations (pour bâtir autrement, Maisons Paysannes du Rhône, asterre...), il multiplie les interventions sous forme de conférences, d’articles de presse et devient formateur dans toute la France et en suisse.

 

Chez Terre Vivante

Il publie deux livres « Peintures et enduits bio » en 2010, « j’entretiens mes boiseries... au naturel » en 2012, aux éditions Terre Vivante où il préconise de multiples recettes et conseils pour apprendre à faire soi-même naturellement. En 2013, il crée un centre de formation « Les ateliers du Mathais », dédié à la finition, à la décoration et à la rénovation du bâti. L’objectif est de créer un lieu d’échanges d’informations pour que notre patrimoine (maisons en pierre, bois ou pisé) puisse perdurer et être correctement entretenu. il s’agit bien sûr d’initier le professionnel à des produits et des techniques plus propres et d’aider le particulier dans sa restauration et/ou l’auto-construction de son habitat. 

 

Accéder à la liste des dossiers
A DECOUVRIR
Le bois lamellé-croisé : CLT

 

De quel bois se chauffer ?